Les bonnes pratiques de dispensation en pharmacie entrent en vigueur au 1er février 2017

Le rôle de conseil du pharmacien est renforcé, un espace de confidentialité est requis, la qualité et la sécurité de la dispensation doivent être assurées.

Les bonnes pratiques de dispensation des médicamens à l'officine sont applicables au 1er février 2016

« Une dispensation de qualité constitue un enjeu de santé publique important puisque doit contribuer à une efficacité optimale des traitements et à une diminution des risques de iatrogénie médicamenteuse. »

  •  « La dispensation fait partie des soins de premiers recours et de la mission de service public de la permanence des soins auxquels le pharmacien d’officine doit contribuer ».
  •  Le pharmacie conseille et informe le patient afin d’assurer le bon usage et la bonne observance du traitement.
  • Le pharmacien peut échanger avec le prescripteur pour qu’il prescrive une molécule dont l’efficacité serait supérieure.
  • Il peut aussi refuser de délivrer une médicament s’il juge qu’il présente un danger pour le patient et en informe le prescripteur.

 Retrouvez le texte intégral :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033507633&dateTexte=&categorieLien=id

Estelle BUGNI, Pharmacien Consultante SFC Formation Consulting

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *